FABRICATION DE COUTEAUX

A l’âge de mes 17 ans, j’ai eu la chance de réalisé un stage de forgeronnerie, qui m’a ouvert les portes de la passionnante discipline de la coutellerie.

J’ai donc eu l’opportunité de réaliser mon tout premier couteau à partir d’une suspension de voiture.

Avec mon père, on a donc décidé de se lancer dans la réalisation de 5 couteaux.

Pour commencer, j’ai construit notre forge en utilisant des briques réfractaires, disposées de manière à former un petit foyer.

Voila les différentes étapes de la fabrication d’un couteau

Façonnage de la lame


La première étape consiste à découper à la meuleuse un morceau de métal suffisamment grand pour la lame et le manche.
Le métal est ensuite chauffé à une température de 900°C puis aplati avec soin à l’aide d’un marteau.

Mise en forme du couteau


Une fois que nous avons obtenue une lame bien aplatie d’une largeur de 5 mm, nous dessinons la forme souhaité à l’aide d’un marqueur. Ensuite nous utilisons une disqueuse pour découper la forme et ébavurer les bords du couteau.

Emplacement des rivets


Après avoir créé un tranchant d’environ 0,5 mm, nous perçons les trous pour les rivets qui maintiendront le manche en place. Il est conseillé d’utiliser deux rivets, car l’alignement de deux trous est plus simple que celui de trois, assurant ainsi la fixation des deux côtés du manche.

Ponçage de la lame


Afin de conférer aux couteaux une esthétique soignée, nous les ponçons avec différents grains. Nous commençons avec un grain 80, puis passons au 100, 200, 300 et enfin au 400. Une fois que le couteau est parfaitement poli, il est prêt pour le processus de trempe.

Les traitement thermique


Après avoir donné forme à la lame, nous les soumettons à un processus de chauffage contrôlé suivi d’un refroidissement rapide, connu sous le nom de trempe. Ce procédé confère à la lame une structure cristalline solide, la rendant capable de résister à des forces considérables tout en maintenant son tranchant.
Ensuite, la lame subit une opération de revenu, qui consiste en un réchauffement minutieux à une température précise. Cela réduit la fragilité induite par la trempe tout en conservant la charge nécessaire pour la découpe.

Ponçage et finition


La lame est poncée dans un premier temps pour enlever les résidus de calamine, puis nous finissons avec des grains de 800, 1000 et enfin 2000 pour avoir une lame bien poli.

Fabrication du manche


Pour débuter, j’ai tracé le contour du manche sur une planche de bois (j’ai utilisé du Noyer). Après avoir découpé les deux parties du manche en prévoyant une légère marge, j’ai réalisé les deux trous destinés aux rivets, puis procédé à l’assemblage de l’ensemble.
Ensuite, j’ai solidifié l’ensemble en appliquant de la colle époxy.

Finition du manche


Une fois que tout était solidement fixé, j’ai minutieusement poncé le manche afin de lui donner la forme que je recherchais. Ensuite, pour garantir sa durabilité, j’ai appliqué une fine couche de vernis pour le protéger de l’usure prématurée.
Et voilà, vous savez maintenant comment fabriquer un couteau.

Nous en avons réalisé 4 autres, afin d’offrir à la famille, en rajoutant notre petite signature.😉

N’hésite pas à me contacter. Je serai ravi d’échanger avec toi.

tu peux me joindre par mail : roan@roannollet.com

Merci de ta visite et à très bientôt !